La maison de débauche

AUDACE n.f.
Innovation, acte qui brave les convenances.  
Ex. Changer le nom d’un établissement reconnu pour le transformer en un concept osé, tout en étant pleinement conscient de la controverse qui s’en suivra.

Mercredi dernier, c’est avec beaucoup de fierté qu’on voyait apparaître La maison de débauche sur la façade du 361, rue des Forges, Trois-Rivières. De l’audace, ça en prenait. Et les deux propriétaires du restaurant Le Carlito en ont fait grand usage, en adhérant à la vision quelque peu intrépide qu’Acolyte leur proposait.

Soutenu par une équipe visionnaire, ce projet, qui devait être un simple rafraîchissement de l’image de marque, s’est transformé en une refonte identitaire complète. Nom, visuels, enseigne, menus, uniformes, sous-verres, publicités, objets promos... tout a été revu. De leur côté, Martin Lampron et Dany Bruneau, les deux hommes derrière Le Carlito, se sont assurés de rénover et de redécorer l’établissement en un temps record!


Assumer une identité pleinement locale

C’est en s’inspirant de l’histoire quelque peu grivoise de la ville de Trois-Rivières que le concept est né. Il s’agit effectivement d’un clin d’oeil au Club St-Paul, lieu qui a marqué la vie nocturne de la rue des Forges. L’endroit était reconnu pour son offre variée de voluptés, et les marins y venaient pour se procurer alcool et autres plaisirs charnels. Cet esprit de débauche est repris, mais réfère dans ce cas aux plaisirs de la table et au fait de boire et de manger copieusement, sans modération.

À la bonne réputation acquise par Le Carlito depuis 2004 s’ajoute ainsi une touche moderne et inimitable, qui attirera sans doute les épicuriens et curieux d’ici et d’ailleurs. L’établissement s’arrime en cela à l’effervescence entrepreneuriale et culturelle observée au centre-ville de Trois-Rivières depuis plusieurs mois. 

Une esthétique qui a du caractère

Pour un nom aussi original, il fallait une facture visuelle forte, qui souligne à la fois les aspects rétro et actuel du nouveau concept. L’utilisation de photographies vintage nous plonge dans l’histoire pour nous faire revivre une époque où technologie rimait avec jukebox et où les soirées endiablées se succédaient. Et qui dit vintage dit noir et blanc. C’est donc dans cette palette de couleurs minimale que vivra la nouvelle identité du restaurant. Un choix qui s’imposait de lui-même!

Pour ce qui est de la signature, une typographie chic et peu utilisée met en relief la personnalité unique du restaurant, qui offre une expérience généreuse, mais toujours de très haute qualité.

Un accueil à la hauteur de nos attentes!

La maison de débauche. Il était bien évident que ce nom ferait jaser. Quelques heures après le dévoilement, les réseaux sociaux s’enflammaient déjà. Certains s’insurgent, certains adorent, beaucoup le défendent et se l’approprient déjà. Objectif: atteint!

Vous voulez vous démarquer? Contactez notre équipe créative!